Biostatistique en grande dimension

Biostatistique en grande dimension

Biostatistique en grande dimension pour la sécurité des médicaments et la génomique (HiDiBiostat)

L'équipe s’intéresse aux questions statistiques émergeant en santé publique et en recherche clinique avec l'essor de l’accès aux données de grande dimension et de leur utilisation. L'évaluation des effets indésirables des médicaments et la génomique prédictive sont nos deux principaux axes de développement méthodologique. Ils impliquent tous deux des questions de grande dimension et font appel notamment à des approches d'apprentissage statistique.

Lire la suite

Notre premier axe est consacré à l’évaluation des médicaments en population avec des développements méthodologiques en pharmacoépidémiologie et en pharmacovigilance.

Nous avons un intérêt particulier pour les vaccins et les médicaments pris pendant la grossesse. Nos orientations récentes impliquent également l’exploitation des bases de données médico-administratives telles que le système national des données de santé (SNDS) en France. En pharmacoépidémiologie, nous avons pour objectif de développer des méthodes statistiques pour l’exploitation des données du SNDS prenant en compte la confusion mesurée ou non. Par ailleurs nous travaillons sur des méthodes d’estimation d’impact en santé publique : le rapport bénéfice-risque des vaccins et le risque attribuable. En pharmacovigilance, nous développons des méthodes de détection automatique de signaux visant à exploiter les grandes bases de données de notifications spontanées et plus récemment du SNDS. Ces méthodes s’appuient sur les champs statistiques de la sélection de variables et de la causalité en grande dimension.

 

Notre deuxième axe porté par le groupe Genostat est consacré à la génomique prédictive et à la génétique épidémiologique. Les objectifs sont entre autres : (i) le développement de stratégies intégratives qui utilisent diverses sources d'informations "internes" (par exemple des échantillons cliniques) ou "externes" (par exemple des bases de données) et en particulier des informations internes multicouches provenant de la génomique, de la transcriptomique et de la protéomique pour la prédiction ; (ii) le développement de méthodes relatives aux tests d’association avec des variants rares, notamment pour les données de séquençage de l’exome.

Responsable(s)
PASCALE
TUBERT-BITTER
Chercheur.se
Responsable d'équipe
Localisation

Hôpital Paul Brousse, Bat. 15/16

16 av, Paul Vaillant Couturier
94807 Villejuif


Membres

ISMAIL
AHMED
Chercheur.se
Biostatisticien.ne
LUCAS
ANZELIN
Doctorant.e
Biostatisticien.ne
MÉLANIE
BONNEAULT
Doctorant.e
Biostatisticien.ne
Philippe
BROET
Chercheur.se
Statisticien.ne
ÉMELINE
COURTOIS
Doctorant.e
Biostatisticien.ne
JULIANNE
DUHAZE
Doctorant.e
SYLVIE
ESCOLANO
Ingénieur.e ou technicien.ne
Biostatisticien.ne
LILIANE
MANITCHOKO
Doctorant.e
Biostatisticien.ne
JACQUELINE
MILET
Doctorant.e
Biostatisticien.ne
LUCAS
MORIN
Ingénieur.e ou technicien.ne
Biostatisticien.ne
Hervé
PERDRY
Chercheur.se
Biostatisticien.ne
MATTHIEU
PLUNTZ
Doctorant.e
Biostatisticien.ne
CATHERINE
QUANTIN
Chercheur.se
Epidémiologiste
JULIEN
SIMON
Doctorant.e
Epidémiologiste
ANNE
THIÉBAUT
Chercheur.se
Biostatisticien.ne
PASCALE
TUBERT-BITTER
Chercheur.se
Responsable d'équipe
ETIENNE
VOLATIER
Doctorant.e
Statisticien.ne